La histoire

 

Pourquoi un cimetière à Zarzis?

Depuis la fermeture de la route des Balkans, le seul passage pour les réfugiés et autres personnes qui tentent d’atteindre d’Europe dans l’espoir d’une vie plus sûre est la traversée dangereuse de la Libye. Les hommes, les femmes et les enfants s’enfuie dans des embarcations de fortune bondées qui chavirent souvent au large.

Zarzis est une ville côtière du sud de la Tunisie, près de la frontière libyenne. Les corps des noyés dérivent jusque sur les plages du fait des vents et courants marins. Les pêcheurs locaux ainsi que les organisations de secours en mer aident les personnes en détresse et ramène continuellement les cadavres sur le rivage.

Zarzis ne dispose pas d’un cimetière qui permette d’enterrer les noyés d'une manière digne et humaine.

Le problème de naufrage est-il un problème temporaire?

Tant qu'il n'y aura pas de solution structurelle apportée à la crise des réfugiés, les migrants continueront à fuir la Libye et à risquer leur vie dans l'espoir d'une vie meilleure. Les cadavres ne sont malheureusement pas près de cesser de peupler les plages méditerranéennes.

Quelle est la situation à Zarzis maintenant?

A Zarzis, les corps des noyés ont d’abord été enterrés dans des cimetières locaux. Avec la chute du régime en Libye, le nombre de réfugiés qui ont entrepris la traversée a augmenté rapidement. Le nombre alarmant de victimes et l’état dans lequel les cadavres sont régulièrement retrouvés a contraint les autorités à chercher une solution Une ancienne décharge à l'extérieur de la ville fut alors mise à disposition.

Alors que cette situation indigne et inhumaine s’installait, les volontaires du Croissant-Rouge (la Croix-Rouge locale) ont œuvré pour l’obtention d’un cimetière décent.

Pourquoi n'y a-t-il pas encore de cimetière?

La crise économique en Tunisie est la principale raison expliquant l'absence d'un cimetière. Bien que le pays soit considéré comme le pays le plus prometteur après le printemps arabe, les développements économiques sont extrêmement lents. Et dans le sud défavorisé, la situation est la plus difficile.

Dans ces conditions, depuis de longues années, le problème des naufrages de migrants n’est pas une priorité des collectivités locales. Néanmoins, le problème a été mis à l’ordre du jour depuis l’année dernière. Ainsi, les politiques locales ressentent l'urgence, mais les moyens manquent.

Pourquoi la Fondation DMC?

L'absence d'un cimetière décent pour les migrants noyés est un problème humanitaire. Les victimes méritent un dernier lieu de repos digne. Les volontaires méritent d’être soutenus dans leurs d’efforts pour faire au mieux malgré les circonstances désespérantes et installées depuis des années. Ces volontaires ont travaillé dur pour sensibiliser la population locale et les politiciens au problème. Parce qu'il n'y a pas eu de changement depuis des années, le Croissant-Rouge tunisien a pris l'initiative d’organiser une collecte de fonds en ligne (crowdfunding) l'année dernière. L’initiative a reçu une certaine attention médiatique, cependant les ressources financières nécessaires manquent encore.

La Fondation DMC s'est engagée à réaliser un lieu de repos définitif pour les migrants noyés. La Fondation DMC recueillera l'argent pour l'achat d'un terrain et pour aider à la construction et à la gestion d'un cimetière.

N'y a-t-il pas d'aide internationale?

Il est naturel que la priorité de plupart des ONG internationales soit de venir en aide aux migrants en vie. En Tunisie également. Cela n'enlève rien au fait que les morts méritent d’être traités avec dignité.

Entre temps, Zarzis a reçu des fonds internationaux au transport des corps et à l'enregistrement et à la documentation des dépouilles. Cela permettra de rendre possible, dans le future, l’identification des victimes. De cette façon, la possibilité d’une identification future des personnes se dessine. Cet argent sera rendu disponible une fois que le cimetière sera achevé.

La Fondation DMC travaille de concert avec les organisations internationales concernées et les diverses ambassades afin de mener à bien le projet de cimetière de manière collective.

Combien d'argent est nécessaire?

Le terrain nécessaire mesure 50 x 50 mètres. Le prix estimé pour l'achat est de 40 000 euros.